18 décembre 2018

Le Bénin et la Communauté internationale célèbrent, le 18 décembre, la Journée internationale des migrants.

134

La Journée internationale des migrants, proclamée par l'Organisation des Nations unies le 4 décembre 2000 et commémorant l'adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille du 18 décembre 1990, est célébrée tous les 18 décembre de chaque année dans les États membres de l'ONU afin de « dissiper les préjugés » sur les migrants et « de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d’origine que de leur pays de destination».

Lors de cette journée, l'ONU encourage tous les États invités, États membres des Nations unies, organisations intergouvernementales et non gouvernementales, à fournir des informations sur les droits de l'homme et sur les libertés fondamentales des migrants, à partager leurs expériences et entreprendre des actions qui assurent leur protection.

Les migrations sont une réalité incontournable. De nombreuses raisons amènent les gens à se déplacer – que ce soit pour étudier à l’étranger, rejoindre des membres de la famille, chercher un emploi ou des moyens de subsistance, ou assurer un meilleur avenir à leurs enfants. D’autres quittent leur pays pour fuir la criminalité, la violence, les conflits, la persécution, l’insécurité, la discrimination, les catastrophes naturelles et la dégradation de l’environnement, ou encore la pauvreté.

Récemment en 2018, le Bénin a ratifié la convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille du 18 décembre 1990 et entre ainsi dans la liste des Etats membres de l’ONU assurant la protection des droits des travailleurs migrants.

Vingt-huit (28) ans après l'adoption de cette convention, ce ne sont plus seulement les droits des migrants travailleurs qui doivent être protégés, mais aussi et surtout, leur droit à l'intégration et à des traitements plus égalitaires.